Décryptage : pourquoi les Français n’ont plus confiance dans le numérique ?

Accueil / Région Hauts-de-France/ Décryptage : pourquoi les Français n’ont plus confiance dans le numérique ?


Nous avons interrogé Yoni Lawson, directeur du pôle Tech chez Edelman France. Il nous explique les raisons de la défiance des Français dans le numérique et comment les entreprises de la tech peuvent y remédier.

Le Trust Barometer de l’agence Edelman permet de mesurer le niveau de confiance dans la Tech. © Edelman

Guests profil picture

Yoni Lawson, directeur du pôle tech chez Edelman France

Mon rôle est d’accompagner, faire vivre et développer l’expertise tech en France. Notre mission, en tant qu’agence de communication intégrée, est d’apporter du conseil à nos clients dans l’univers de la technologie et pas que, puisqu’elle irrigue tous les secteurs. Nous les aidons ainsi à répondre à leurs différents enjeux, dans cette période de bouleversements et d’accélération du numérique.

Pouvez-vous nous expliquer en quoi consiste le Trust Barometer ?

Nous sommes l’agence de la confiance depuis plus de 20 ans grâce à notre Trust Barometer, qui analyse la confiance des citoyens dans les entreprises, les institutions publiques, les médias et les ONG. C’est un outil formidable pour analyser et piloter l’action des organisations dans leurs interactions avec leurs publics. Nous nourrissons de grandes ambitions dans les mois à venir, puisque la tech est désormais au carrefour de tous les grands enjeux, qu’ils soient économiques, écologiques ou sociétaux.

Comment la tech est-elle perçue par les Français aujourd’hui ?

C’est une relation éminemment complexe ! Historiquement, dans notre Trust Barometer, le secteur de la technologie est le secteur qui recueille le plus haut niveau de confiance dans le monde. Mais une bascule s’est faite il y maintenant 2 ans. Elle s’est fortement érodée, puisque seulement 57 % des Français lui font confiance en 2021, contre 63 % en 2020 et 73 % en 2019. Cette baisse de la confiance dans la tech est observée dans l’ensemble des pays développés et même dans certains pays émergents.

Le niveau de confiance dans la tech en 2021 dans 17 pays, dont la France. © Edelman

Le numérique a pourtant été largement plébiscité pendant la crise sanitaire…

Oui, durant la pandémie, la technologie a permis à la société d’être résiliente. Le numérique a permis de maintenir l’activité économique dans certains secteurs, le travail et l’apprentissage à distance se sont démocratisés. Les Français ont maintenu le lien avec leurs proches et se sont adonnés aux loisirs numériques. La technologie a permis l’accélération de la recherche des vaccins grâce au cloud et à l’intelligence artificielle. Et c’est un paradoxe : plus les bénéfices sont évidents, plus la défiance est grande. La technologie est de plus en plus scrutée, un grand pouvoir implique de grandes responsabilités.

Comment expliquez-vous cette défiance envers les technologies de rupture ?

Les controverses et les peurs liées à cette industrie ont un impact significatif sur la perception que les Français en ont. Ils perçoivent les risques liés à la technologie comme supérieurs aux bénéfices. Ils ont suivi avec attention les scandales liés à l’utilisation des données personnelles. La situation perçue comme hégémonique des grandes entreprises technologiques, le fait que les États peinent à les réguler, l’automatisation qui est vue comme une menace pour l’emploi, ou l’IA qui est considérée comme nocive, mais aussi les cyberattaques, etc. Tous ces facteurs expliquent cette défiance.

Comment les entreprises de la tech peuvent-elles regagner la confiance des Français ?

Les discours et les engagements ne suffisent plus, ce sont désormais les actes qui comptent auprès des citoyens. Ils doivent ainsi faire preuve de transparence et prendre des initiatives sur les sujets qui comptent pour les citoyens : le développement durable, l’IA et l’automatisation, la lutte contre le racisme, la fracture numérique. Il faut agir d’abord et communiquer ensuite.

Quelles sont les attentes des Français envers les CEO des entreprises de la tech ? Quelles actions doivent-ils entreprendre pour redorer l’image de ce secteur ?

On observe une réelle attente des Français envers les chefs d’entreprise, quel que soit le secteur dans la tech ou l’industrie. Les CEO doivent désormais réellement prendre position sur les sujets de société. 86 % des sondés déclarent attendre de leur chef d’entreprise qu’elle ou il prenne position publiquement sur les sujets clés : pandémie, emploi, empreinte locale, enjeux sociétaux… Le rôle du CEO prend une dimension forte qui ne saurait être occultée.

Quelles sont les perspectives de la tech ? En quoi une « Tech For Good » doit être préconisée pour améliorer la confiance des Français ?

La tech est à la croisée des chemins. Elle est désormais beaucoup plus scrutée par les régulateurs, les gouvernements et les citoyens. Son cadre réglementaire devient de plus en plus complexe et contraignant. Et la « Tech For Good » ne doit pas rester au stade de slogan : il y a une véritable attente de la population sur les questions de durabilité, d’inclusion et de responsabilité. Elle doit pouvoir y répondre sous peine de nourrir une défiance durable.

Recevez par email toute l’actualité du digital



Source de l’article

Région Hauts-de-France