Les compétences essentielles du digital pour favoriser son employabilité

Accueil / Région Hauts-de-France/ Les compétences essentielles du digital pour favoriser son employabilité


Quelles sont les soft et hard skills indispensables pour exercer dans le digital ? Comment se former pour répondre aux besoins des entreprises ? Éléments de réponse avec Vincent Montet, qui dirige les MBA spécialisés Digital Marketing & Business de l’EFAP.

Avez-vous toutes les qualités requises pour travailler dans le digital ? © tirachard – stock.adobe.com

Les soft et les hard skills du digital les plus recherchées par les recruteurs

Si les compétences techniques sont essentielles pour travailler dans le digital, les soft skills sont désormais au moins aussi importantes, voire même plus, que les hard skills. « Alors que nous évoluons dans un secteur en constante évolution et en perpétuelle réinvention, les soft skills vont nous permettre de naviguer dans cette complexité », explique Vincent Montet, fondateur et directeur des MBA spécialisés de l’EFAP, l’école des nouveaux métiers de la communication, en Digital Marketing & Business (DMB), et vice-président de l’association de l’économie du numérique (ACSEL).

Les soft skills essentielles dans le digital

Selon The Future of Jobs Report du Forum Économique Mondial de 2020, les principales qualités humaines attendues dans le numérique sont :

  • La capacité à résoudre des problèmes complexes : pour identifier un problème et trouver les solutions à mettre en place, à travers l’utilisation d’outils et de nouvelles technologies,
  • L’esprit critique : pour ne pas accepter simplement « le fait marketing », mais le remettre en cause, se remettre soi-même en question, imaginer des solutions out-of-the-box
  • La créativité : pour faire avancer tous les projets, même ceux en lien avec la data et la performance, car « il n’y a pas d’initiative sans créativité »,
  • L’aptitude à coordonner des équipes : pour manager un projet en orchestrant les actions réalisées par des profils issus de culture et d’âge différents, ce qui nécessite de l’empathie et la compréhension de l’autre,
  • L’intelligence émotionnelle : pour se différencier de l’intelligence artificielle en sachant comprendre et gérer ses propres émotions,
  • Le digital working: pour savoir travailler à distance face caméra avec des outils collaboratifs (Slack, Teams, Trello…), car ce savoir-faire est devenu « une véritable valeur ajoutée sur le marché du travail ».

Les hard skills requises dans le digital

Parmi les compétences techniques les plus recherchées par les recruteurs dans le numérique, la gestion de projet reste la plus importante à maîtriser, devant les leviers ROIstes. « Quand on investit 100 € dans la publicité digitale, plus de 50 % concernent les outils pour chercher la performance mesurable du clic à l’achat. C’est le 1er levier d’investissement publicitaire tous secteurs confondus. »

Les professionnels du digital doivent également savoir utiliser les outils d’analyse du trafic et de l’audience (Google Analytics…), les réseaux sociaux dans un usage quotidien et professionnel, comme dans le cadre du personal branding, mais aussi les solutions de fidélisation (CRM, emailing, gestion de la relation client…). L’UX thinking est également une discipline fondamentale dans le marketing et la communication, « parce qu’on ne peut plus aborder une stratégie et un pilotage d’actions digitales sans penser parcours utilisateur et expérience client ».

Des expériences hybrides pour construire son projet professionnel

Pour l’EFAP, l’employabilité permet de ne pas se mettre dans la posture « je recherche une offre », mais dans celle qui consiste à montrer aux recruteurs que « je suis une offre ». Ainsi, pour valoriser ses soft et hard skills dans les métiers du digital, les apprenants bénéficient d’expériences hybrides pour construire leur projet professionnel et se réinventer. « Tout au long de leur parcours, ils vont être mis en situation, acquérir des compétences et des expériences à mettre en avant sur leur profil. »

Compétitions d’annonceurs, hackathons, missions de conseils…

En plus des cours enseignés par des formateurs professionnels, les étudiants participent à des compétitions organisées avec des annonceurs, qui présentent une réelle problématique à résoudre. Des hackathons leur sont proposés sur le thème du développement durable, durant lesquels ils sont mélangés avec plus de 30 change makers et des étudiants issus d’autres MBA spécialisés en RSE. Pendant 4 mois, ils accompagnent aussi des entreprises en leur délivrant des recommandations, comme s’ils travaillaient pour une agence conseil. Et, en fil rouge, une coach les aide à construire leur projet professionnel pour mieux se connaître, trouver son/ses objectif(s), augmenter son réseau relationnel, améliorer son discours…

Brand content et social media management

Les apprenants sont amenés à créer du contenu tout au long de l’année sur le blog de l’école et sa page LinkedIn (infographies, vidéos, interviews…). « Nous entraînons les étudiants au brand content, ce qui leur permet de montrer aux recruteurs qu’ils sont capables de gérer les contenus d’une marque dans le cadre de leur future activité professionnelle. »

Le MBA spécialisé DMB est également partenaire d’événements et d’acteurs majeurs du digital (Hub Institute, Sido Lyon et Paris, Viva Technology…), où ils se glissent dans la peau de social media reporters. « Les étudiants sont plongés dans la vraie vie du digital, où ils vont pouvoir travailler leur personal branding et leur réseau professionnel. Ces différentes expériences sont des réalisations concrètes qu’ils pourront mettre en avant sur leur CV. »

Des certifications professionnelles pour prouver ses compétences

Autre particularité des MBA spécialisés en digital marketing : les partiels sont remplacés par le passage d’une certification professionnelle. Au cours de leur cursus, les étudiants ont ainsi la possibilité de passer les certifications Google Ads, PrestaShop ou encore Facebook Blueprint. « Notre philosophie consiste à permettre aux étudiants de prouver leurs compétences par de l’expérience ou leur maîtrise des outils professionnels pour convaincre les recruteurs. »

Des formations professionnalisantes, accessibles même en rentrée décalée

Les MBA spécialisés en Digital Marketing & Business sont proposés en full-time, qui comprend 6 mois de cours et 6 mois en entreprise (stage, CDD, CDI, freelance ou lancement d’un projet de start-up) et disponibles sur les campus de Paris et Shanghai, ou en part-time. Ce format, qui peut être suivi en présentiel sur les différents campus  (Bordeaux, Lille, Lyon, Paris et Montpellier) ou 100 % en ligne, inclut des séminaires mensuels de 3 à 4 jours, une semaine de cours au début et à la fin de la formation, ainsi que 2 heures hebdomadaires le soir à distance. « L’avantage des formations en part-time ou full-time est de pouvoir prendre le temps de mettre en perspective les connaissances et les nouvelles compétences acquises, tout en construisant son réseau. On ne peut rien faire tout seul dans le digital, il faut construire sa communauté et cela commence par ses camarades de promo et les intervenants professionnels de l’école », souligne Vincent Montet.

Plusieurs « univers » liés à la transformation numérique peuvent compléter votre parcours : l’art et la culture (full-time), le luxe (full-time), l’industrie de la santé ou la beauté et la cosmétique (part-time), ou bien encore la Chine puisque le MBA spécialisé DMB est proposé en partenariat avec l’ESSCA à Shanghai. Quel que soit le format ou « l’univers » choisi, les programmes de l’EFAP sont adaptés à tous les profils, même si vous avez déjà une activité professionnelle ou si vous souhaitez changer de voie en renforçant vos compétences en webmarketing et en transformation numérique. En dehors des rentrées d’octobre, deux rentrées décalées en mars 2022 sont disponibles sur le campus de Paris pour le part-time et l’univers #Health, ce qui vous permet de lancer votre carrière dans le digital sans attendre.

Recevez par email toute l’actualité du digital



Source de l’article

Région Hauts-de-France